L’évaluation au service de la transformation sociale : Retour sur le colloque de la SQEP

Le 13 septembre dernier, les conseillers en évaluation du CFP, Hind Fathallah et Dieudonné Mutana, ont participé au 28ème colloque de la Société Québécoise d’Évaluation de Programmes. Une occasion de promouvoir l’évaluation Par et Pour le communautaire, notamment grâce à la présentation du CFP qui a été retenue pour le colloque, et d’échanger autour des enjeux de l’évaluation à travers les milieux.

Le colloque de la SQEP c’est quoi ?

La Société Québécoise d’Évaluation de Programme (SQEP) est une association qui vise à contribuer au développement et à l’utilisation de l’évaluation au sein de différents secteurs, notamment au niveau national. Chaque année elle réunit lors d’un colloque des dizaines d’évaluateurs-trices et autres praticiens impliqués dans l’évaluation dans des domaines variés, notamment : le secteur public, la consultation, la santé, les organismes sans but lucratif, etc.

Pourquoi le CFP participe à cet événement ?

En tant qu’organisme communautaire spécialisé dans la formation et l’accompagnement et notamment en évaluation, il est important que nous soyons présents à ce type d’événements.

Le CFP perçoit le colloque annuel de la SQEP comme une occasion de :

  • rendre visible et faire rayonner l’évaluation en milieu communautaire, avec son approche et ses défis qui lui sont propres, et promouvoir l’approche ÉvalPop;
  • apprendre sur des méthodes/pratiques évaluatives (en particulier connaitre les dernières innovations en évaluation au Québec) et échanger sur les enjeux et solutions en évaluation;
  • réseauter avec les acteurs impliqués en évaluation au Québec et en français.

 

Évaluation et transformation sociale

Comment l’évaluation peut-elle servir des missions sociales et plus particulièrement, en quoi représente-t-elle un outil stratégique en milieu communautaire ?

C’est cette question que le CFP a voulu poser et discuter avec les membres présents dans le cadre de sa présentation intitulée l’Évaluation au service de la transformation sociale.

Partant du constat que : l’évaluation éveille des sentiments ambigus au sein des organismes communautaires québécois et qu’elle n’est à la fois pas toujours perçue de façon positive et éveille un intérêt grandissant. Il est intéressant de se demander en quoi et comment l’évaluation peut soutenir la transformation sociale, et quels succès et défis elle rencontre ce faisant.

En 2011, le journal À Bâbord se demandait : «Dans un environnement politique et institutionnel où la question de l’évaluation est de plus en plus présente, n’est-il pas plus que jamais nécessaire pour les organismes communautaires de s’approprier cette question afin d’en faire un outil stratégique leur permettant d’apprendre collectivement, d’innover et de mobiliser leurs membres ? Bref, le temps n’est-il pas venu de faire de l’évaluation un véritable outil de transformation sociale respectant les valeurs et les pratiques des groupes ? » 

Ce à quoi le CFP répond oui ! Depuis plus de vingt ans maintenant, et surtout dans les dix dernières années avec le programme ÉvalPop, le CFP s’est approprié la question de l’évaluation et tente de la diffuser au sein du milieu communautaire québécois.

Notre souhait est que, en renforçant les capacités en évaluation et l’esprit critique des organismes communautaires (notamment en ayant des temps d’arrêt si cruciaux pour la réflexion), nous contribuons :

  • D’une part à l’amélioration des pratiques et donc des services pour les membres/usagers des organismes et donc indirectement à la transformation sociale ;
  • D’autre part, à la valorisation de l’action communautaire, à l’augmentation du pouvoir d’agir des organismes et ultimement à la reconnaissance de l’apport et de l’autonomie du milieu communautaire ; qui elle-même permet aussi de travailler à la transformation sociale et respecte l’approche d’auto prise en charge.
  • Par ailleurs, la reconnaissance de l’importance de l’évaluation, l’intégration de l’évaluation et finalement le développement d’une culture évaluative contribuent aussi à la transformation sociale, notamment par une culture de la remise en question qui permet de s’améliorer et de s’assurer qu’on répond toujours à notre mission sociale.
  • Enfin, à un niveau plus collectif, l’évaluation contribue à redonner du pouvoir aux organismes. Elle les aide à avoir une vision plus précise de leur contribution à la réalisation d’une plus grande justice sociale et leur permet aussi d’en identifier les limites, favorisant ainsi une prise de conscience collective autour des enjeux socio-politiques. Elle vient renforcer le pouvoir de négociation et de revendication des organismes vis-à-vis des causes qu’ils défendent et contribue donc à appuyer leur mission.

C’est l’ambition du CFP, malgré les nombreux défis tels que le manque de ressources au sein des organismes ou encore la réticence persistante envers l’évaluation et le changement.

Pour vérifier si nous atteignions ces résultats espérés, une évaluation du programme ÉvalPop avait eu lieu en 2017 et avait fait ressortir les retombées suivantes pour les organismes participants, retombées présentées durant le colloque :

  • Un temps d’arrêt privilégié pour se questionner et revenir au sens de son action

« Les retombées débordent de l’évaluation pour amener une réflexion plus large, une fois qu’on ouvre les yeux on ne peut plus se les fermer! ». 

  • Un outil pour améliorer ses pratiques (structuration de l’intervention, harmonisation des pratiques à l’interne, aide à la prise de décisions, etc.)

« L’évaluation nous a aidés à structurer nos actions. »

  • Un levier efficace pour mieux diffuser les résultats des interventions.

« Nous pouvons maintenant mieux expliquer aux personnes de l’extérieur la portée de nos actions, comment on travaille et pourquoi. »

  • Une appropriation de l’évaluation

“Cette démarche est respectueuse de l’autonomie des groupes, nous restons maître de la démarche” (témoignages d’organismes participants)

 

Alors, l’évaluation au service de la transformation sociale ?

Oui, « elle (l’évaluation) peut devenir un outil de réflexion, d’apprentissage collectif et de négociation (…) mais, pour cela, il est impératif qu’elle reste entre les mains des organismes et que ceux-ci s’en approprient les enjeux et les mécanismes. » (À bâbord, 2011)

Voilà pourquoi le CFP continue d’appuyer les organismes dans leurs démarches d’évaluation de leurs résultats et dans l’appropriation de l’évaluation en général.

Pour toute question sur ÉvalPop, appelez-nous au 514-842-2548.

Pour consulter la présentation complète du colloque : Présentation SQEP 2019 CFP

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s