ÊTES-VOUS DE BONNE RUMEUR? Un outil performant pour les communautés!

Le Carrefour de ressources en interculturel (CRIC) est un organisme autonome qui rassemble et développe des ressources dans le domaine interculturel, avec et pour les organismes, résidents et résidentes du quartier Centre-Sud, afin de favoriser le rapprochement interculturel entre toutes les communautés du quartier.

Il y a deux ans, l’équipe du CRIC a créé un atelier ÊTES-VOUS DE BONNE RUMEUR? dont l’objectif est de discuter des préjugés de manière ludique, en les traitant de rumeurs, pour permettre aux personnes de la société d’accueil et des communautés culturelles de les déconstruire. Un sujet d’actualité qui répond à un besoin chez les partenaires communautaires et scolaires du CRIC et qui est actuellement un enjeu de société. Ce projet est inspiré d’un programme débuté dans la Ville de Barcelone Antirumores, et il a été adapté au contexte québécois.

L’équipe, ayant déjà intégré l’évaluation dans leurs pratiques, souhaitait mettre en lumière les effets de l’atelier sur les personnes participantes : est-ce qu’il y a des changements de perception et d’attitude chez celles-ci? Aussi, leur souhait était de créer un nouvel outil transférable à d’autres intervenants qui pourraient animer ce type d’atelier dans leur milieu. Raison de plus pour s’assurer que celui-ci est complet et qu’il donne les effets voulus.

Les membres de l’équipe ont donc débuté le processus d’évaluation en réalisant un modèle logique : un « gros casse-tête, un questionnement existentiel, mais le pilier de toute la démarche », mentionnait Christine Bouchard, organisatrice communautaire. Puis ils se sont attardés à déterminer les indicateurs de résultats : ils ont rapidement réalisé que ces indicateurs, les concepts à transmettre aux gens, n’avaient jamais été présentés explicitement par écrit lors de l’atelier.

« On parlait des techniques de déconstruction, on les nommait, on leur faisait vivre l’expérience, mais les étapes n’étaient pas écrites ou imagées. »                           Christine Bouchard, organisatrice communautaire

Pour répondre à ce besoin, un outil a été créé afin de mettre en mots et en images les étapes pour déconstruire une rumeur. Le développement de l’outil se poursuivra afin d’identifier les conditions gagnantes pour une bonne communication interculturelle et les conséquences sociales et individuelles des rumeurs.

Outils pour défaire les rumeurs

« Avec cet outil, on souhaite aider les gens à se rappeler les messages véhiculés lors de l’atelier. Ce qu’on faisait de façon instinctive se fait maintenant de façon pédagogique. » Christine Bouchard, organisatrice communautaire

Les animatrices, une personne de la communauté d’accueil et l’autre d’une communauté culturelle immigrante, ont construit l’outil et ont commencé à l’utiliser dans les ateliers.

Ce support visuel, espèrent les intervenantes, donnera du pouvoir à l’expérience vécue lors de l’atelier et frappera l’imaginaire des personnes. De plus, les intervenants partenaires auront l’occasion de réutiliser l’outil afin de renforcer le message; pour qu’ainsi les rumeurs des milieux où le CRIC intervient soient plus douces et s’estompent avec le temps.

Photo ABR_participants

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s