L’équipe d’EvalPop en action – Retour sur la formation-éclair présentée à l’évènement régional Jeunesse 2016

Le 31 mars dernier, l’équipe d’EvalPop se rendait à l’évènement régional Jeunesse 2016 organisé par le Forum jeunesse de l’Île de Montréal. Devant des jeunes citoyens engagés, de jeunes, de représentants d’organisations jeunesse, d’élus et d’acteurs sociopolitiques, Marie-France Duranceau, formatrice et évaluatrice au Centre de formation populaire, est venue présenter les outils-clés de l’évaluation participative des résultats et ses atouts pour toute organisation soucieuse d’évaluer et de bonifier au mieux ses pratiques.

Le FJIM partage avec nous faits saillants, apprentissages et questionnements tirés de cette formation-éclair :

FORMATION ÉCLAIR SUR L’ÉVALUATION PARTICIPATIVE DES RÉSULTATS

Comment mesurer l’impact de nos actions?

Présentation d’ EvalPop

  • EvalPop est une approche développée Par et Pour les organismes communautaires et ce, dans l’optique de développer une culture de l’évaluation dans le milieu communautaire. Les organismes communautaires savent eux-mêmes ce dont ils ont besoin comme évaluation. L’expertise appartient aux personnes sur le terrain.
  • L’évaluation se fait selon les principes de la recherche évaluative: elle utilise les outils de la science pour porter un jugement (expertise + outils de recherche évaluative).
  • Le type d’évaluation: pertinence, processus, intrants, résultats et impacts. L’évaluation des résultats cherche à mesurer les impacts – rechercher les changements pour la collectivité, les retombées.
  • Le but de l’évaluation: ajuster, améliorer les actions, s’assurer qu’elles sont fondées.
  • La création d’un comité d’évaluation : (CA, bénévoles, participants, etc.) chargé de travailler la cohérence et la vision de l’organisme. Très mobilisateur.
  • Questionnement majeur à se poser : Pourquoi? Stratégie d’interrogation sur les bases d’un projet ou d’une intervention afin de mettre en évidence, structurer autrement, couper des activités, etc.

 

Les étapes de l’évaluation participative

  1. Reconstruire la logique de l’action (modèle logique): Cela permet de voir la cohérence, la logique et les incohérences parmi les objectifs de base de l’organisme?
  2. Élaborer le dispositif d’enquête: Passer de concept (abstrait) à indicateur (concret- ce qu’on veut aller mesurer comme résultats)
  3. Collecter les données: En fonction des outils élaborés
  4. Analyser et interpréter les données
  5. Utilisation et diffusion: (AGA, rapport annuel, etc.). Cela permet de réfléchir aux impacts des activités dans la collectivité et de réfléchir aussi aux actions possibles afin d’améliorer ou de réajuster les activités si nécessaire.

 

 

Questions et remarques du public

  • Est-ce qu’il y a un ordre prioritaire selon les types d’évaluation (intrant, processus, résultats, etc.)? Non, tout dépend des questions qu’on se pose, des objectifs qu’on se fixe et de ce qui est mis en place.
  • Est-ce une méthode complémentaire aux évaluations gouvernementales? Les méthodes d’évaluation gouvernementale ne sont pas toujours adéquates et spécifiques à l’organisme. Parfois, il y a une déconnexion entre les méthodes gouvernementales et la qualité des actions d’un organisme. L’évaluation des résultats permet d’en parler autrement, d’en dire plus. Elle permet d’éduquer et d’établir une culture de l’évaluation au sein des organisations.
  • Est-ce une méthode qui permet une évaluation à moyen et long terme? Oui, il s’agit de porter un jugement critique vis-à-vis de l’organisme et de faire un suivi (ex.: grille d’observation), une réévaluation des méthodes est possible.
  • Qu’arrive-t-il si, après le processus d’évaluation, on remarque qu’il faut réajuster les objectifs de l’organisme? Généralement, il est possible d’observer la nécessité d’un réajustement suite à la création d’un modèle logique, puisque cela demande un certain consensus.
  • Dans la collecte de données, n’est-il pas nécessaire de savoir où commence le participant afin d’évaluer les changements? L’outil est ajusté selon les caractéristiques individuelles des participants, il est possible d’avoir des variations, peu importe où ils se trouvent au départ. Il est possible de faire une collecte avant et après (ex.: après 3 mois à l’organisme).
  • Comment instaurer une méthode scientifique dans un milieu communautaire où cela ne rejoint pas nécessairement la philosophie de l’organisme? La méthode est scientifique au niveau des outils, mais il est nécessaire de garder en tête que l’évaluation est une démarche initiée par l’organisation elle-même avec des objectifs définis. Cela doit venir des personnes au sein de l’organisme, cela doit leur ressembler, alors il y a moyen d’être très créatif dans les étapes (ex.: modèle logique dans un dessin, etc.).
  • Temps et disponibilité : des éléments contraignants et des freins majeurs. En effet, pour procéder à une évaluation, il faut se faire financer et avoir le temps de le faire, ce qui n’est pas toujours possible.
  • La perception de l’organisme peut varier au sein même de l’équipe de travail, selon le poste occupé et le pouvoir d’influence envers les autres membres du personnel. C’est à prendre en considération dans la recherche d’un consensus (avec le CA, les participants et autres) sur les objectifs et les retombées souhaitées.

 

Pour alimenter la réflexion, nous vous invitons à naviguer sur le blogue evalpop.com.

Crédits photos : Forum Jeunesse de l’Île de Montréal

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s