Regards croisés sur l’éval’

Nous avons réuni Annie Vidal, chargée du projet L’évaluation des résultats Par et Pour le communautaire (EvalPop) pour le Centre de formation populaire (CFP) et Jean-Marie Chapeau, responsable du programme chez Centraide. Échanges stimulants sous le signe du partenariat.

Question (Q.): En quoi consiste le programme EvalPop et quel rôle y jouez-vous  ?

Annie Vidal (A.V.) : Le programme EvalPop s’est fixé comme objectif d’implanter une culture de l’évaluation des résultats au sein des organismes financés par Centraide du Grand Montréal. Le projet propose aux organismes d’expérimenter un processus d’évaluation des résultats, mais aussi de pérenniser les pratiques d’évaluation. Le CFP est porteur du projet. Il l’a élaboré en collaboration avec Centraide. Ce programme contient deux volets : un volet de formation et un volet d’accompagnement.

Jean-Marie Chapeau (J-M.C.) : Avec ce programme, il s’agit de renforcer les capacités des organismes du réseau de Centraide à évaluer leurs résultats et plus précisément à mesurer les changements auxquels ils contribuent chez les personnes desservies. Notre contribution première est de nature financière puisque notre métier de base, c’est d’être bailleur de fonds de l’action communautaire. Toutefois, notre rôle ne s’arrête pas là : nous collaborons à ce projet dans son déploiement, dans sa mise en œuvre, dans sa promotion, son évaluation et plus généralement dans toutes ses composantes. Nous travaillons main dans la main avec le CFP et les organismes de ce réseau; ce qui fait toute la singularité et la force de cette démarche.

« Avec ce programme, il s’agit de renforcer les capacités des organismes à évaluer leurs résultats et plus précisément à mesurer les changements auxquels ils contribuent chez les personnes desservies ».

Q.: A quels besoins identifiés au sein du milieu communautaire le programme EvalPop répond-il ?

A.V. : Redonner un sens à l’action des organisations. Souvent pris dans l’action immédiate, rares sont les organismes qui trouvent le temps de se questionner sur l’avancement des changements souhaités par leurs actions, sur les résultats attendus par leurs interventions ou encore sur les changements opérés sur les personnes auprès desquelles ils travaillent. Le projet consiste donc à accompagner l’organisme à répondre à la question : « qu’est-ce que cela donne ce que l’on fait ? ». Il s’agit d’en faire une pratique récurrente dans les organisations et idéalement de l’intégrer dans leur cycle de gestion.

J-M.C : Aussi, ce programme vient répondre à un besoin de bonification des pratiques en évaluation fortement exprimé depuis les années 2000, par les groupes que l’on soutient. D’une part, il y a eu des déclencheurs venant de notre côté comme financeur : il était important que les groupes que nous soutenons puissent parler de leurs résultats et puissent bonifier leurs actions en continu. D’autre part, les organismes nous ont exprimé le besoin d’améliorer leurs pratiques en matière d’évaluation, mais aussi d’être outillés et formés. Pour y répondre et offrir aux organismes de Centraide des outils adaptés, prenant en compte la diversité de ce réseau tant dans ses approches que dans ses pratiques, nous avons misé, avec le CFP, sur une approche « Par et Pour » afin de travailler le renforcement des capacités en évaluation.

Q. : Quelles sont les caractéristiques de la philosophie d’intervention sur laquelle ce programme prend appui ?

A.V. : D’abord, cette philosophie se définit « Par » : ce sont les organismes – j’inclus tous les acteurs de l’organisme, à savoir le conseil d’administration, l’équipe de travail ou les participants des activités- qui vont fixer les résultats à atteindre. Elle se définit également « Pour » : l’évaluation se fait au service de l’intervention et des intérêts de l’organisme –incluant principalement ceux des participants et des usagers-. Il s’agit, avec ce programme, de redonner du pouvoir à l’organisation et à ses membres.

J-M.C : L’atout de cette approche, très pragmatique, est de permettre un changement de culture dans les organisations. A partir du moment où les principaux acteurs concernés par ce qu’on évalue ont été impliqués dans cette mesure du changement, on peut supposer que, lorsque l’organisme développe un projet, le réflexe évaluatif va être présent dès le début de la planification de celui-ci. On va se poser les questions suivantes : « Pourquoi on travaille de cette façon ? Pourquoi on développe tel projet et quel changement on souhaite obtenir ? » On observe sur le terrain que ce réflexe s’implante progressivement.

A.V. : Avec cette approche, les organismes deviennent des experts de leurs propres interventions et c’est majeur ! Le fait de leur donner une occasion de réfléchir aux résultats de leurs propres interventions et, si besoin, de l’ajuster, permet de faire évoluer les interventions plus consciemment vers une transformation sociale.

« Les organismes deviennent des experts de leurs interventions et c’est majeur ! »

Q. Quels sont les premiers impacts de ce projet dans le milieu ?

A.V. : Premièrement, au niveau des organisations que nous accompagnons, on voit comment les organismes retrouvent le sens de leur action pour un programme, une activité etc. C’est toujours extraordinaire de constater cela. Deuxièmement, on compte actuellement plus de 110 organismes qui ont réalisé un processus ou qui sont en cours d’évaluation des résultats. Pour la majorité d’entre eux, c’est une expérimentation positive. Troisièmement, on relève progressivement l’appropriation de la notion d’évaluation des résultats par les groupes. Plus généralement, le sujet attire les foules ! Le dernier forum du 23 septembre organisé par le CFP afin d’échanger sur le programme a réuni plus de 150 personnes. Il y a été question de l’évaluation, de partage d’expertise et de transfert de connaissances dans un contexte d’enthousiasme partagé.

J-M. C. : Du côté de Centraide, on mesure depuis 2006 l’évolution des pratiques d’évaluation des organismes que l’on soutient. En 2006, 73% des organismes soutenus parlaient de leurs résultats en terme de nombre de personnes desservies et seulement 12% parlaient de changements chez les personnes, mesurés avec une méthode validée. En 2014, 53 % des organismes ont une mesure précise du changement basé sur un instrument validé. Il s’agit d’une évolution marquante et le programme EvalPop y a fortement contribué.

Q. : Quels sont les défis à entrevoir pour la suite du projet ?

A.V. : Le premier défi : la pérennisation des pratiques en évaluation. Pour cela, nous souhaitons mettre en place une communauté de pratiques autour de l’évaluation. Ce blogue est un outil qui en fait partie, mais pas seulement. Nous allons poursuivre l’organisation d’événements pour que les organisations puissent échanger sur leur processus d’évaluation et sur leurs pratiques d’intervention à partir des résultats obtenus.

J-M. C. : Un autre défi à mentionner : la façon dont les organisations parlent et diffusent leurs résultats. Le rapport d’activités annuel est un véhicule essentiel pour parler des résultats, mais les organisations n’ont pas toujours le réflexe de l’aborder dans le rapport. J’ajouterai un autre défi, qui est de mieux comprendre et documenter sur la base des résultats mesurés par chaque organisme, leur impact collectif au sein de la communauté.

« Le premier défi : la pérennisation des pratiques en évaluation ».

Q. : Un mot de la fin peut-être ?

A.V. : Il n’y a pas de fin à entrevoir. EvalPop a pris son envol et le programme est en plein essor !

J-M.C. : Ce projet nous ramène à la base, à savoir le travail incroyable réalisé par les organismes communautaire. Un travail qui mérite d’être mis de l’avant ! Le Québec est riche d’un tissu communautaire résilient, courageux et novateur.

A.V. : En effet, le milieu communautaire a été et est l’instigateur de nombreux changements sociaux. Ce programme EvalPop illustre d’ailleurs très bien cette capacité d’innovation et de résilience des organismes communautaire. Nous sommes aux premières loges pour en témoigner !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s