EvalPop, vers une culture de l’évaluation participative des résultats

L’action communautaire donne des résultats concrets qui changent la vie des gens. Malheureusement, son impact n’est pas suffisamment reconnu dans la communauté.

Depuis 2010, dans le cadre du programme L’évaluation des résultats Par et Pour le communautaire, le Centre de formation populaire (CFP), en collaboration avec l’organisme Centraide du Grand Montréal,  soutient plus de 110 organismes dans des démarches d’évaluation participative de leurs résultats.

L’évaluation participative des résultats se fonde sur l’idée que l’organisme et ses membres sont les mieux placés pour mener une évaluation de ses résultats. Cette pratique permet une prise en compte des intérêts, des attentes et des connaissances existantes au sein de l’organisme. En associant les principales personnes intéressées, elle augmente les chances d’utilisation des résultats et offre une occasion d’apprentissage constructive pour l’organisme.

Le séminaire du 23 septembre 2014, « l’évaluation Par et Pour, on en fait, les changements on en parle ! », a été une belle occasion pour le milieu de prendre un temps d’arrêt et de mesurer le chemin parcouru sur cette question.

120 acteurs du milieu communautaire ont pu témoigner et échanger autour de l’expertise développée au sein de leurs organisations, des défis à relever et des moyens de maintenir ces pratiques d’évaluation «vivantes».

Le chemin parcouru

Évaluer, c’est questionner nos pratiques et garder le cap sur notre mission.

Les organismes expriment très bien comment l’évaluation des résultats leur permet de revenir au « sens » de leurs interventions tout en redonnant la parole à leurs membres.

Pourquoi nos actions existent-elles ? Quelle est la contribution de notre intervention à l’amélioration de la qualité de vie des personnes que nous rejoignons ? C’est le questionnement central de toutes les démarches d’évaluation des groupes.

L’évaluation on en fait, les changements on en parle.

Les organismes sont de plus en plus nombreux à avoir développé tout un savoir-faire leur permettant de mesurer l’impact de leurs actions en termes de « changement » sur les personnes desservies. Ils maîtrisent les concepts clés de l’évaluation et sont en mesure de développer des stratégies d’enquête adaptées à leurs besoins d’information.

Une proportion de plus en plus importante d’organismes ne mesure plus seulement leurs résultats en termes de pourcentage de satisfaction ou de nombre d’activités réalisées. Ils illustrent le cheminement des participants en termes de prise de conscience, d’apprentissages, de développement de nouvelles habilités ou encore de prise en charge individuelle et collective.

Les groupes sont aussi de plus en plus conscients que leur capacité à mettre de l’avant leur impact constitue un levier important pour rendre visible, auprès de la communauté, leur contribution essentielle au mieux-être des personnes et de la société dans son ensemble.

L’évaluation Par et Pour, c’est possible !

Évaluer nécessite cependant d’y consacrer un peu de temps et d’avoir le courage de se poser « les bonnes » questions. Évaluer « son intervention » peut en effet s’avérer parfois déstabilisant, voir confrontant. Néanmoins, malgré les exigences de cet exercice, les groupes ont su s’approprier, de façon originale, des méthodes et des outils d’évaluation qu’ils ont su adapter à leur réalité et surtout à leurs valeurs et à leurs approches d’intervention.

Ils ont fait preuve de créativité dans la manière dont ils sont allés chercher l’information auprès de leurs participants et dans la façon dont ils ont communiqués leurs résultats à la communauté. En donnant la parole à leurs membres et en offrant à leurs équipes de travail une information fiable et utile sur leurs interventions, ils ont fait du processus d’évaluation un moment « rassembleur » dans l’organisation.

Nos défis

Une culture de l’évaluation ?

Le premier défi pour les organisations ? Considérer qu’évaluer les résultats de leurs interventions est essentiel et par conséquent une priorité. Considérer que ce temps d’arrêt passé « loin de l’action » (en apparence seulement!) est du temps bien investi dans le « sens » que l’on donne à celle-ci. Ainsi, le développement d’une culture d’évaluation passera nécessairement par un nouveau regard posé sur l’évaluation comme faisant partie intégrante de l’intervention.

Des pratiques d’évaluation « vivantes » dans nos organisations

Comment maintenir le réflexe d’évaluer nos pratiques dans nos organisations ? Des expérimentations sont en cours, les groupes adaptent, s’adaptent, mais beaucoup reste encore à inventer. Sur cette question, le CFP souhaite soutenir durablement les pratiques des groupes. La mise en place d’espaces d’échanges thématiques (multisectoriels/sectoriel) sera proposée dans les mois à venir selon les besoins exprimés par les organismes.

Enfin, l’évaluation Par et Pour aura, en 2015, l’occasion de rayonner à travers le Québec ! En effet, une tournée de formation sur l’évaluation des résultats Par et Pour sera offerte avec le soutien du SACAIS à partir du printemps prochain.

Pour en savoir plus, consultez notre site www.lecfp.qc.ca

Par Céline Rossini                                                                                                                                                                                                 Formatrice et évaluatrice pour le CFP

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s